Belles de nuit

Jim Tully

préface et traduction de l’anglais (États-Unis) par Thierry Beauchamp

Leora Blair, une ravissante jeune fi lle de l’Ohio, issue d’une famille modeste, décide de se prostituer pour fuir son milieu et s’élever au-dessus de sa condition. Elle est engagée à Chicago par Madame Rosenbloom, la propriétaire d’une maison close, dont les clients sont des hommes politiques, des magistrats, toutes sortes de notables et de grands voyous… À leur contact et à celui des autres filles, Leora ouvre les yeux sur le monde corrompu dans lequel elle vit. Comme souvent chez Tully, le récit prend la forme d’une mosaïque d’histoires, ce qui nous permet de suivre aussi le parcours de Madame Rosenbloom, de son protecteur haut placé et de quelques « fi lles de la maison ».
Dans ce roman, Tully s’intéresse moins aux activités sexuelles des prostituées qu’à leurs trajectoires personnelles. Il leur donne la parole comme peu d’écrivains avaient osé le faire avant lui. Raconter une histoire dans laquelle des femmes – ni anges, ni démons – s’affranchissent par la prostitution, c’était évidemment briser un tabou dans l’Amérique puritaine des années 1930. Belles de nuit fut interdit pour sa supposée obscénité et étrillé par la critique. Il s’agit donc aujourd’hui de réparer une injustice et de saluer la lucidité de Jim Tully, l’ancien trimardeur qui préférait l’école de la vie aux leçons de morale. Tully se mettait à hauteur des parias, des exclus, des exploités, des marginaux, des inadaptés, des victimes de la société. Il ne prêchait pas, ne militait pas, mais n’avait pas son pareil pour les écouter et restituer leurs histoires dans leur rude et naïve simplicité.

Né en 1886 dans l’Ohio, Jim Tully fut placé dans un orphelinat très jeune. Il y passa plusieurs années avant de devenir garçon de ferme et chaînier.
En 1901, il entama sa vie de « gamin du rail » et arpenta le pays d’est en ouest et du nord au sud, avant de se poser dans l’Ohio en 1907, où il se mit à écrire. En 1908, il décida de se lancer dans une carrière de boxeur professionnel, histoire de rentabiliser l’enseignement pratique reçu sur la route. Son premier livre, Emmett Lawler, fut publié en 1922. Ce galop d’essai lui ouvrit les portes des studios d’Hollywood : la Samuel Goldwyn Producing Corporation le recruta comme lecteur de scénarii. En 1924, Charlie Chaplin l’engagea comme chargé de relations publiques et conseiller spécial pendant la production et le tournage de La Ruée vers l’or. Dès lors, Jim Tully se partagea entre la littérature et ses activités journalistiques pour American Mercury, Esquire, Liberty, Photoplay, Vanity Fair et de nombreux autres magazines.
Entre 1924 et 1930, les succès littéraires de Jim Tully s’enchaînèrent. Dans ces ouvrages, il évoque des univers très différents : ceux d’Hollywood, du cirque, de l’orphelinat et de la prison. Par le détail concret et le mot juste, il était devenu un maître de l’esquisse réaliste et l’un des précurseurs d’un style auquel le roman noir offrirait bientôt ses lettres de noblesse : le hard-boiled.
Épuisé par plusieurs attaques, il s’éteignit le 22 juin 1947 à Los Angeles. Il n’avait pas encore soixante et un ans.

 

 

Du même auteur aux Éditions du Sonneur

ISBN : 9782373852769
Collection : La Grande Collection
Domaine : Littérature étrangère, États-unis
Période : XXe siècle
Pages : 320
Parution : 16 mars 2023


Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d’information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.