Tout seul

Nicos Panayotopoulos

Le récit Tout seul (Prophétie autobiographique), aborde la question, existentielle, de la transmission. Que reçoit-on des générations précédentes et que lègue-t-on à celles qui nous suivront ? Il n’est pas question d’argent ici, bien sûr, mais de biens autrement plus précieux, car immatériels. Psychologiques. Essentiels.
Nicos Panayotopoulos, à travers sa propre histoire, dans laquelle intervient de façon décisive et, au sens propre, révélatrice, un secret de famille, s’interroge sur les rapports – tendus, distants, ombrageux – qu’il a eus avec son défunt père. Mais, par ses questionnements, par l’élaboration de son récit, l’auteur cherche surtout à préparer le terrain d’un futur rapprochement avec son fils (un garçon âgé de quelque dix ans), dont il vit séparé à la suite de la sentence d’un juge qui lui a été défavorable.
Écriture fine, précise, profondeur humaine dépourvue de tout larmoiement : Tout seul touche, par le biais d’une malheureuse expérience personnelle, un sujet universel.
Car si les ultimes pages du texte peuvent bel et bien être considérées, comme l’annonce le sous-titre, comme une « prophétie autobiographique », la grande majorité du récit, elle, appartient au vécu de l’auteur et de sa famille. Nulle prophétie, en l’occurrence, mais des faits et des sentiments authentiques, avec pour cadre l’histoire récente de la Grèce.
La rédemption viendra-t-elle, au bout du compte ? Qui sait… En tout cas, si elle devait arriver un jour, elle serait le fruit de ce mélange-là : sincérité, clairvoyance, courage. Un mélange que l’art de l’écriture, quand il est aussi bien maîtrisé, permet de toucher, du doigt et du cœur. Voilà qui donne de l’espoir…

Né en 1963 à Athènes, Nicos Panayotopoulos, ex-ingénieur, ex-journaliste, traducteur en grec de Philip Roth et de Jean Echenoz, est écrivain et scénariste. En 1996, il a été primé pour le scénario du film Absents de Nikos Grammatikos. En 1997, son premier recueil de nouvelles La Culpabilité de la matière a remporté le prix Maria Ralli.
Deux de ses romans ont été publiés en français aux Éditions Gallimard : Le Gène du doute, 2004, traduit du grec par Gilles Decorvet, également traduit en Allemagne, Italie, Slovénie, Serbie, Chine ; Saint homme, 2006, traduit lui aussi par Gilles Decorvet.
Son dernier roman publié en Grèce (Les Enfants de Cain, non traduit) a reçu le prix du Roman de l’Académie d’Athènes.

ISBN : 9782373850826
Collection : Ce que la vie signifie pour moi
Domaine : Grèce
Période : XXIe siècle
Pages : 80
Parution : 13 septembre 2018


Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.