Nathalie Peyrebonne, Le Canard enchaîné

Nathalie Peyrebonne, Le Canard enchaîné

Socrate avait une femme, passée à la postérité comme « Xanthippe la mégère, la plus désagréable des Athéniennes ». Étiquette sans doute injuste, suggère Elisabeth LaureauDaull.

Athènes, « cette ville souriante où l’on tue la sagesse », vient de condamner le vieux sage : les juges ont voté la ciguë, et on assiste ici à sa dernière journée. Xanthippe, « plus délirante qu’une bacchante,(…) écume et s’échevelle ». On la comprend : elle veut sauver son « vieux fou» et « enrage d’avoir hérité du destin de la femelle quand tout ou presque est mâle en elle »· Xanthippe « parle comme on aboie » et Socrate l’a toujours laissée faire : « On disait que, sur l’Olympe, Zeus traitait Héra de buse et savait la faire taire. Ce n’était tout de même pas compliqué, il n’avait qu’à faire pareil ! » Mais c’est qu’« être femme est sans conteste une malédiction. Peut-être même une sanction », « comment vivre quand on ne se résigne pas à être une banale Athénienne, fille de… , femme de… , mère de… ».
Protester, toujours et encore. Une mégère ? Non, une âme forte, qui se bat.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.