Louise de Crisnay, Libération

Louise de Crisnay, Libération

Lafcadio Hearn savait bien qu’un chasseur de lucioles n’a jamais le temps de les placer une à une dans son filet. Il les lance et les conserve directement dans sa bouche. L’écrivain irlandais, installé au Japon en 1890, fait preuve de la même adresse dans ses chroniques sur les insectes. Amateur éclairé, son éclectisme n’est sans doute pas sans lacunes, mais justement, ajoute-t-il, « étant ce que je suis, je puis m’aventurer dans les théories ». C’est donc tout naturellement qu’après avoir observé l’animal dans la symbolique du folklore ou de la poésie, il arrive au « vrai roman » de la luciole, l’inimitable complexité de son organe photogène, avec la conviction « que la matière, en quelque manière aveugle mais infaillible, se souvient toujours. Et qu’au cœur de toute matière vivante, sommeillent d’incommensurables possibilités, par le motif tout simple qu’il n’est point, en dernière analyse, d’atome en qui ne repose l’expérience indestructible et infinie de milliards de milliards d’univers disparus ».

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.