Isabelle Bordes, Ouest France

Isabelle Bordes, Ouest France

L’écriture de Katharine Weber est comme la mélodie du joueur de flûte de Hamelin : claire, posée, irrésistible. On croit lire le journal d’une Américaine de 41 ans, tenu avec soin alors qu’elle séjourne, un mois de janvier, dans un cottage perdu en Irlande. On croit le temps arrêté. Même si la tristesse de cette femme endeuillée est traversée d’étranges éclats, chaque fois qu’elle contemple le petit tableau de Vermeer qu’elle a emporté. Mais il s’agit d’un roman noir à l’intrigue ciselée, cruelle, dont le ton déterminé et désenchanté crée une sorte d’autorité fatale.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.