FMorel Canard enchaine

Nathalie Peyrebonne, Le Canard enchaîné

Il parle « des hommes », enfin d’un homme ou, disons, d’un petit homme de 12-13 ans qui, peut-être, allez savoir, s’est appelé François Morel. Il parle aussi de ses copains, qui, « définitivement, irrémédiablement, douloureusement, secrètement, ont été amoureux d’Isabelle Samain » qui est en classe avec eux, qui prend le bus devant chez eux, mais dont ils ne savent pas grand-chose (« Que sait-on des déesses et des idoles ? »). Les petits amoureux souffrent (« Les hommes ont 13 ans depuis dix minutes et ne laisseront dire à personne que c’est le plus bel âge de la vie »), ne se laissent pas abattre, mais quand même.

Le lecteur se régale, dans ce court texte tout en délicatesse et en tendre ironie, sur les amours balbutiantes, de l’enfance qui s’achève et les regrets qui persistent (« Isabelle Samain représentera à jamais la contrée des regrets, des illusions perdues et du désordre amoureux »). Au fait, c’est aussi très drôle.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.