Didier Pobel, La Voix de l’Ain

Didier Pobel, La Voix de l’Ain

L’académie Goncourt aurait-elle noué un pacte avec le département de l’Ain ? Après avoir, fin décembre, salué, pour le domaine de la poésie, « notre » écrivain de Jujurieux, Charles Juliet, la voici qui nous entraîne doublement du côté de Saint-Jean-sur-Veyle. C’est en effet là qu’est né, en 1981, Nicolas cavaillès qui vient de se voir remettre le Goncourt de la nouvelle pour sa saisissante Vie de monsieur Leguat, aux Éditions du Sonneur, à Paris. Or, son personnage, François de son prénom, était lui aussi originaire de cette commune bressane proche du val de saône qu’il dut quitter, en tant que huguenot, au lendemain de la révocation de l’édit de Nantes, en 1685. Devenu à 48 ans aventurier de l’océan Indien avant de mourir, quasi centenaire, dans les bas-fonds de Londres en 1735, le fantasque exilé revit magistralement sous la plume de son jeune compatriote, docteur ès-Lettres et responsable de l’édition de Cioran
dans la Pléiade. Mieux : de François à Nicolas, c’est un peu, soudain,
comme si les deux de Saint-Jean ne faisaient qu’un.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.