Canard ivresse

Le Canard enchaîné • Frédéric Pagès

« Il n’y a aucun événement culturel qui permettra à un Français ou une Fançaise de se dire : « Ce soir, je me saoule, c’est comme cela et pas autrement. » En Grande-Bretagne, cette occasion se présente deux fois par semaine. » Heureusement, Mark Forsyth relativise sa thèse en citant Baudelaire : « Pour n’être pas les esclaves martyrisés du temps, enivrez-vous. » La suite de cette histoire de la gueule de bois est drôle, brillante, érudite. Le chapitre sur le « saloon dans l’Ouest sauvage » est particulièrement grisant : « Lorsque le cow-boy taciturne, entre, il ne demande jamais le prix du verre. Il se contente de jeter quelques pièces sur le bar et on ne lui rend presque jamais la monnaie. » Le rituel de la première visite ne supporte pas l’à-peu-près : « Vous commandez deux whiskys, c’est la règle […] Vous devez toujours offrir un verre lors de première commande […]  Portez votre verre de gnole à vos lèvres et buvez-le cul sec. » Conclusion philosophique : « Là où la loi se relâche, les manières se rigidifient. » De quoi finir complètement raide !

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.