Antoine Wicker, Dernières Nouvelles d’Alsace

Antoine Wicker, Dernières Nouvelles d’Alsace

D’un absolu amoureux que cette correspondance et le récit lui-même tissent dans le vif d’une chronique des jours et des saisons somptueuse, et remarquablement composée — l’émotion avait saisi d’emblée, qu’à tout instant on croit là toucher du doigt et qui bouleverse jusqu’à l’ultime ligne d’un petit livre qui inaugure idéalement, avec une réédition du Requiem de Terezin de Josef Bor, le beau projet éditorial du Sonneur : noces vénitiennes, et ultimes, avant cet été qui prépara la mort programmée — « ce vaste champ de liberté que j’envisage, à qui d’autre le dire ? » — de Lili pour de bon rattrapée par l’âge et la maladie. Douleur violente et brutale, aussitôt, détresse insoutenable, pour la survivante, jusqu’à ce matin où ressuscita souriante, encore une fois offerte, la figure de l’amour de Lili.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.