Alexandre Mare, Le Monde

Alexandre Mare, Le Monde

L’Exposition universelle de 1889, avec sa tour Eiffel, son hymne à la modernité, eut (parmi d’autres) un curieux visiteur  : Paul Eugène Poinot ; ouvrier de 17 ans, parti à pied de son village meusois pour rejoindre la capitale. Sur son carnet, il va noter, avec talent, les rencontres à la croisée des chemins et le dessin des collines. En quatre jours, le voici à Paris. Cependant, à lire ce journal inédit, ce ne sont pas les prouesses techniques qui passionnent le plus Poinot, mais bien plutôt les paysages traversés pour y arriver et qui, comme l’annonce l’Exposition universelle, se verront bientôt transformés par la révolution industrielle. C’est là toute l’ironie de cet épatant petit livre  : il est hymne au grappillage du raisin, à la sieste dans les champs et à la marche sans autre but que de voir le monde tel qu’il est.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.

Lettre d'information

Inscrivez-vous à notre lettre d'information pour être tenu au courant de nos publications et des manifestations auxquelles nous participons.

Conformément à l’article 34 de la loi Informatique et libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant, que vous pouvez exercer en nous contactant. Vous pouvez à tout moment vous désinscrire ici

.