Le Livre
Mes saisons en enfer

Mes saisons en enfer, cinq voyages cauchemardesques
Martha Gellhorn

Traduction de l’anglais de David Fauquemberg · Préface de Marc Kravetz
Ouvrage publié avec le concours du Centre national du Livre
22 € •
Format : 122 x 192 mm • 608 pages • ISBN : 978-2-916136-93-6

Avec une qualité littéraire indéniable et une immense liberté de ton, Martha Gellhorn raconte, dans Mes saisons en enfers, ses pires épopées.
Premier voyage : en 1941, Martha Gellhorn est missionnée sur le front chinois entre Hong Kong et Canton par le magazine Collier’s pour couvrir la guerre sino-japonaise. Elle est accompagnée par un « compagnon réticent », qui n’est autre qu’Ernest Hemingway, avec qui elle était alors mariée. Ballottée de conférences en cérémonies officielles, dans un pays hostile et détrempé, elle rencontre aussi bien Tchang Kaï-Chek que Zhou Enlai.
Deuxième voyage : Martha Gellhorn se lance à la poursuite des U-Boots nazis dans les Caraïbes, passant d’île en île, dans une quête incessante du sous-marin ennemi.
Troisième voyage : il relate le lent naufrage d’un grand rêve — la traversée d’ouest en est de l’Afrique, le long de l’équateur. Périple tant espéré et tant idéalisé, qui sombre dans une terrible confrontation avec la dure réalité du terrain.
Quatrième voyage : Martha Gellhorn se rend à Moscou, dans la Russie soviétique, pour rencontrer Nadejda Mandelstam, la veuve du poète Ossip Mandelstam.
Cinquième voyage : Martha Gellhorn raconte l’un de ses nombreux séjours en Israël, et y disserte, avec esprit, sur la notion d’ennui — l’ennui chez soi, comme moteur au voyage, l’ennui en voyage, comme moteur pour rentrer chez soi.
Dans chacun de ces récits, Martha Gellhorn déploie, avec une joyeuse fureur et une écriture des plus toniques en même temps qu’élégante, toute l’ampleur de son humour noir, de son ironie désabusée, sans concession pour elle-même, ni pour la marche du monde.
Cet ouvrage est comme un flamboyant résumé d’une vie faite d’écriture, de voyages et de reportages. Pour le lecteur français, il sera une idéale introduction au travail d’un des plus éminents écrivains et reporters de guerre du vingtième siècle.

L’auteur

Née en 1908 aux États-Unis, Martha Gellhorn se destine très tôt à l’écriture. En 1936, elle part pour l’Europe, accréditée par le magazine Collier’s pour couvrir la Guerre d’Espagne — où elle retrouve Ernest Hemingway, son futur époux. Elle devient alors au fil des années l’une des plus éminentes reporters de guerre du vingtième siècle : Seconde Guerre mondiale (elle pénètre dans le camp de Dachau peu de jours après sa libération), guerre du Viet Nam, guerre des Six-Jours, intervention américaine au Panamá… Et si à plus de 80 ans, elle se résigne à ne pas couvrir la guerre en Bosnie, elle se rend tout de même au Brésil pour enquêter sur des meurtres d’enfants des rues. Femme entière, d’une grande exigence morale, elle refuse le déclin de la maladie et décide l’année de ses 90 ans de se donner la mort. Depuis 1999, un prestigieux prix de journalisme porte son nom.

 

Existe en version numérique.

→ En savoir plus sur Martha Gellhorn