Le Livre
Zanegreycouvok

Les Cavaliers des canyons
Zane Grey

24,50 € • 512 pages • 140 x 210 mm

À paraître le 18 janvier 2018

L’action des Cavaliers des canyons se déroule en 1871, au sud de l’Utah, dans les plaines et les canyons qu’ont popularisé maintes réalisations hollywoodiennes. Jane Withersteen, jeune femme mormone et propriétaire d’un vaste ranch à Cottonwoods, résiste depuis des années aux avances de l’un de ses coreligionnaires, Tull. Elle s’est prise d’affection pour Ben Venters, un jeune vaquero qui s’occupe de ses troupeaux. Le jour où les Mormons veulent châtier Venters sous les yeux de Jane, survient Lassiter, un cavalier vêtu de noir dont la sinistre réputation l’a précédé au village : c’est un pistolero, un tueur de Mormons. Venters, libéré à la suite de l’intervention de ce dernier, part alors sur la piste d’un voleur de bétail, Oldring, qui entretient de troubles relations avec les Mormons. Lassiter, quant à lui, entre au service de Jane et lui explique la raison de sa venue à Cottonwoods : il cherche à retrouver la trace d’une jeune femme, Milly Erne, arrachée à son foyer par un prédicateur mormon. À ces trois personnages s’ajoute celui de Bess, jeune complice d’Oldring que Venters blessera… puis soignera, au cœur d’un labyrinthe de canyons, Deception Pass, dont Oldring a fait sa base arrière.
C’est autour de ces deux couples, Jane Withersteen / Lassiter et Ben Venters / Bess, que s’organisent la narration et les déplacements du roman, dans l’extraordinaire paysage des plateaux et des canyons de l’Utah : village isolé et verdoyant, grande plaine couverte de fourrés de sauge violette, gorges inextricables, structures rocheuses aux formes et aux couleurs extrêmes – notamment Surprise Valley, paradis terrestre où Venters et Bess découvrent l’amour.
Violemment romanesque et narrativement troublant, brassant de multiples problématiques relatives à l’histoire et à la psychologie américaine, Les Cavaliers des canyons est encore considéré comme le trait d’union entre les grandes œuvres de l’Ouest romantique du xixe siècle – Fenimore Cooper et Bret Harte notamment – et les westerns du XXe siècle (Clarence Mulford, Max Brand, A. B. Guthrie, Jack Schaefer, et plus récemment Louis L’Amour et Larry McMurtry).

L’auteur

Né à Zanesville, dans l’Ohio, en 1872, Zane Grey passe une bonne partie de son enfance à cultiver ses deux passions, la pêche et l’écriture (il était grand lecteur de romans d’aventures). Excellent joueur de baseball, il doit cependant se résigner à devenir dentiste, comme son père. Marié en 1905 à Dolly Roth, il se consacre enfin pleinement à l’écriture grâce à l’assistance financière de sa femme. Après quelques échecs (ses quatre premiers romans sont refusés), il connaît la célébrité avec The Heritage of the Desert (1910) et surtout avec Les Cavaliers des canyons (1912), son plus grand succès, et l’un des westerns souvent défini comme le « plus populaire de tous les temps ». Suit une carrière d’une extraordinaire productivité – quatre-vingt-dix livres, dont une partie sera publiée à titre posthume : pour l’essentiel, des westerns, mais aussi des livres sur la chasse, la pêche et le baseball. Globe-trotter et pêcheur acharné, mari infidèle, âme tourmentée, l’écrivain prolifique meurt en octobre 1939 en Californie.
Grey est une source constante d’inspiration pour l’industrie cinématographique : ont été tirés de ses romans plus d’une centaine de films – Les Cavaliers des canyons ont donné naissance à cinq films entre 1918 et 1996.