Le Livre
9782373850581

Il me faut te dire
Arlette Farge

Collection Ce que la vie signifie pour moi

10 € • format : 125 x 170 mm • 82 pages • ISBN: 978-2-37385-047-5

Arlette Farge a le goût des autres, gens du passé, gens du présent. Aussi attentive à la marche du monde qu’attirée par les petites choses de la vie, cette irréductible fonceuse n’a pas hésité un instant à s’exposer : dire ce que la vie signifie pour elle. L’exploratrice des archives, toujours soucieuse du réel, fait ici acte d’imaginaire tout en nous offrant un de ses grands plaisirs : écrire des lettres, des vraies, avec un crayon et du papier. Prendre le temps de songer à une personne, lui faire part d’un rien joyeux, d’une émotion, d’une pensée, et d’une main vive, pétillante, chaleureuse, dessiner des phrases qui donnent sens et plaisir. Enfin, choisir un joli timbre et se rendre à la poste. C’est sa façon de faire lien, de prendre soin. Il me faut te dire est un recueil de lettres adressées à des personnes fictives – ou presque – un ami, un collègue, un petit-fils, un pauvre gars sorti tout droit de son XVIIIe siècle… Chez Arlette Farge, tout est source d’étonnement, d’émotion : paysage, film, bruits de la ville, couleurs, lectures ; tout mène à l’humain, geste, parole ; tout mène au partage.
S’approprier les mots d’Arlette Farge, c’est lire notre propre vie ; c’est bien là tout son talent : nous faire croire d’emblée qu’elle s’adresse à chacun d’entre nous.

L’auteur

Née en 1941 à Charleville (Ardennes), l’historienne Arlette Farge vit à Paris. Directrice de recherches émérite au CNRS, elle a publié une trentaine d’ouvrages. En mai 2016, l’ensemble de son œuvre a été récompensé par le prix international Dan David (l’équivalent de la médaille Fields pour les mathématiciens).
Arlette Farge s’est inventé un métier, une mission – explorer les archives de police et de justice et mettre à jour des existences oubliées : « Écrire l’histoire des plus déshérités au XVIIIe siècle est une passion, celle de donner vie et sens aux plus méconnus du siècle des Lumières, qui autrefois, ont vécu, aimé, désiré et souffert, tandis que la grande histoire traditionnelle tarde à les sortir de l’ombre au profit des grands événements sociaux et politiques. »
Spécialiste par ailleurs de l’histoire des femmes, Arlette Farge poursuit des travaux de recherche sur la transmission de l’histoire.
Elle collabore aux côtés d’Emmanuel Laurentin à La Fabrique de l’histoire sur France Culture.

 

Existe en version numérique.