Le Livre
CircusParade

Circus Parade
Jim Tully

Traduction de l’anglais (États-Unis) et préface de Thierry Beauchamp

18 € • 140 x 210 mm • 272 pages • ISBN : 978-2-37385-066-6

À paraître le 26 octobre 2017

Dans le premier volume de ses « souvenirs des enfers », Vagabonds de la vie, paru en 1924, Jim Tully évoquait ses mésaventures de hobo à bord de trains de marchandises. Trois ans plus tard, dans Circus Parade, il aborde un nouveau chapitre de son adolescence tumultueuse, celui de son passage dans un cirque nommé Cameron’s World Greatest Combined Shows. Le livre se présente comme une galerie de portraits de personnages hauts en couleur que Tully côtoya pour le meilleur parfois, et souvent pour le pire. Le cirque de Cameron et ses dix wagons étaient peuplés d’acrobates, de dompteurs, de monstres de foire, de rabatteurs, d’aboyeurs, d’embobineurs et de manœuvres dont l’existence nomade était rythmée par les représentations de ville en ville.
Circus Parade rencontra un succès immédiat, aussi bien auprès du public – il fut réimprimé à plusieurs milliers d’exemplaires quelques semaines après sa parution – que de la critique. Le jeune romancier James Agee y alla de son commentaire : « Circus Parade se distingue par son style dépouillé et sa description d’une brutalité effroyable dont je n’aurais jamais imaginé qu’elle puisse exister. » Bref, tout aurait été pour le mieux si Jim Tully n’avait pas essuyé les tirs croisés des censeurs et des défenseurs du cirque, notamment la Circus Fans’ Association, qui réussirent à faire échouer le projet d’adaptation cinématographique en 1929. Tout au long de sa carrière littéraire, Jim Tully souleva ainsi l’indignation des ligues de vertus et des gardiens de la morale. Or son œuvre nous offre un éclairage précieux sur le monde des nomades et des va-nupieds de l’Amérique du début du XXe siècle et permet de mieux comprendre les origines du roman noir américain.

L’auteur

Né en 1886 dans l’Ohio, Jim Tully fut placé dans un orphelinat très jeune. Il y passa plusieurs années avant de devenir garçon de ferme et chaînier.
En 1901, il entama sa vie de « gamin du rail » et arpenta le pays d’est en ouest et du nord au sud, avant de se poser dans l’Ohio en 1907, où il se mit à écrire. En 1908, il décida de se lancer dans une carrière de boxeur professionnel, histoire de rentabiliser l’enseignement pratique reçu sur la route. Son premier livre, Emmett Lawler, fut publié en 1922. Ce galop d’essai lui ouvrit les portes des studios d’Hollywood : la Samuel Goldwyn Producing Corporation le recruta comme lecteur de scénarii. En 1924, Charlie Chaplin l’engagea comme chargé de relations publiques et conseiller spécial pendant la production et le tournage de La Ruée vers l’or. Dès lors, Jim Tully se partagea entre la littérature et ses activités journalistiques pour American Mercury, Esquire, Liberty, Photoplay, Vanity Fair et de nombreux autres magazines.
Entre 1924 et 1930, les succès littéraires de Jim Tully s’enchaînèrent. Dans ces ouvrages, il évoque des univers très différents : ceux d’Hollywood, du cirque, de l’orphelinat et de la prison. Épuisé par plusieurs attaques, il s’éteignit le 22 juin 1947 à Los Angeles. Il n’avait pas encore soixante et un ans.

Du même auteur aux Éditions du Sonneur